vendredi 7 juillet 2017

1933. BRASSAÏ et MORAND — Paris de nuit.


MORAND (Paul).

Paris de nuit.
60 photos inédites de Brassaï.

Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1933.

In-4° sous reliure spiralée d'éditeur, [76] p., 62 héliogravures, petit cachet humide ex-libris à la page 3.

Exemplaire en bon état malgré le bord frotté, peu courante édition originale.

En quatrième de couverture de la réédition chez Flammarion, en 2001 :
   Usant comme personne du noir profond de l'héliogravure, Brassaï a fixé à jamais dans Paris de nuit le monde nocturne de la capitale dans les années trente. Un Paris mystérieux et en même temps très réel, celui des bas-fonds et des cabarets, des clochards et des aristocrates, celui aussi des travailleurs de nuit, boulangers, maraîchers, imprimeurs de journaux et « agents cyclistes » ...
   Brassaï considérait les années 1932 et 1933 comme les plus importantes de sa vie, puisqu'elles correspondaient à une époque où coup sur coup il avait fait la connaissance de Picasso, publié son Paris de nuit et collaboré à la   revue Minotaure avec les surréalistes. Mais il ajoutait aussitôt, comme pour se démarquer du groupe : « Le surréalisme de mes images ne fut autre que le réel rendu fantastique par la vision. Je ne cherchais qu'à exprimer la réalité, car rien n'est plus surréel... Mon ambition fut toujours de faire voir un aspect de la vie quotidienne comme si nous la découvrions pour la première fois. » La poésie insolite et envoûtante de Paris de nuit, son premier livre de photographies, traduit fidèlement ce credo dans les réserves inépuisables du quotidien.
   La première édition de cet ouvrage mythique est paru en 1933 aux Éditions Arts et Métiers Graphiques.



À la douce lumière de la colonne Morriss,
le programme des spectacles de Paris offre ses tentations.
« Mistinguett dans Paris qui brille », dit une des affiches.

C'est entre 1 heure et 5 heures du matin que les polisseurs de
rails de tramways font jaillir de leur meule émeri
de ravissants feux d'artifices.

Cette prostituée septuagénaire qui répond
au surnom de « Bijou »
et qui semble échappée d'un cauchemar de Baudelaire,
est célèbre dans les boîtes de Montmartre.

De place en place, les kiosques à journaux des boulevards
joliment éclairés, offrent aux passants attardés
leur étalage international et galant.

800 euros (code de commande : 25766).


Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à propos de ce livre ou le commander,
utilisez le formulaire de commentaire ci-dessous
ou

adressez-nous un message à
courrier@loiseaulire.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire