mardi 19 décembre 2017

1809. LIGNE (Charles-Joseph-Lamoral de) - Œuvres choisies, littéraires, historiques et militaires


[LIGNE (Charles-Joseph-Lamoral de)].

Œuvres choisies, littéraires, historiques et militaires du Maréchal Prince de Ligne ; Contenant Des Mémoires sur la Pologne, les Juifs, les Bohémiens, etc. ; – les Armées Françaises, Russes et Autrichiennes ; – des Fantaisies Militaires ; – le Portrait de Catherine II ; – les Portraits et les Caractères des grands Généraux de la Guerre de trente ans ; – des Pièces inédites sur le Comte et Bacha de Bonneval ; Un Choix de Pensées et Maximes ; – des Mélanges de Morale, de Littérature ; – des Portraits, Lettres et Bons Mots ; – des Anecdotes sur la Cour de France, la Reine Marie-Antoinette, le Duc d'Orléans, et beaucoup d'autres Personnages célèbres dans le monde politique et littéraire des XVIIIe et XIXe Siècles : Précédées de quelques Détails Biographiques sur le Prince de Ligne, et publiées par un de ses amis.

Tomes I et II (complet).

Genève, Paschoud, 1809.
[A Genève, / Chez J. J. Paschoud, Imprimeur et Libraire ; / Et à Paris, chez F. Buisson, Libraire, Rue Gilles-Cœur, n° 10. / 1809.] 

Deux volumes in-8° demi-veau brun à coins, dos lisses décorés de motifs dorés, plats recouverts de papier dominoté, tranches mouchetées, reliures frottées avec deux petits manques à la queue du tome I et la coiffe du tome II abîmée, tome I t. I : [3 (faux-titre, mention d'imprimeur, titre)], [1 bl.], XXII, [1 bl.], [1 (errata)], 416 p., t. II : [3 (faux-titre, mention d'imprimeur, titre)], [1 bl.],422 p., ouvrage en assez bon état malgré quelques rousseurs. 

Extrait de la bibliographie de Jeroom Vercruysse :
   Le géographe et publiciste danois, exilé en France, Malthe Konrad Bruun (1775-1826) qui avait francisé son nom en Malte-Brun, lança également une anthologie. En 1809 il publia après la sortie de l'anthologie Staël un long article consacré aux Œuvres militaires et mêlées dans le tome VII de ses Annales des voyages de la géographie et de l'histoire (p. 87-111). Il y reviendra la même année encore dans le tome VIII (p. 278-279) avec un nouveau fragment intitulé « Sur le Danube ». Son article était assaisonné, peut-on dire, de quelques remarques critiques qui méritent d'être citées. Au terme d'une série de 17 extraits (qu'il reprendra dans sa propre anthologie) il conclut : « Ces extraits, que nous pourrions sans doute étendre davantage, sans craindre d'ennuyer nos lecteurs, donnent une idée du plaisir qu'offriroit un Choix de Mémoires, d'Anecdotes et de pensées, tiré de trente-un volumes, dont se compose aujourd'hui la collection des œuvres du prince de Ligne [...] Dans les discussions politiques et militaires le prince de Ligne montre un esprit très indépendant de toute sorte de préjugés : après avoir lu ses mémoires sur la Pologne et sur les armées françaises, russes et autrichiennes, il nous a paru plus grand homme d'État que les Lettres et Pensées publiées par Madame de Staël ne nous l'avaient fait présumer. » [...] Il ajoute : « Nous apprenons qu'un homme de lettres, de Genève, se propose de publier un choix semblable sous le titre suivant : Œuvres choisies du Maréchal Prince de Ligne. » Le tout formerait deux volumes in 8° brochés vendus à Paris au prix de 9 francs, et à 11,50 francs pour les envois par la poste. La nouvelle anthologie éditée par J.J. Paschoud et F. Buisson serait mise en vente au 5 avril « prochain ». Cette annonce fut relayée par le journal bruxellois L'oracle du 12 mars 1809, qui signale le 7 avril que les volumes sont en vente à Paris depuis le 4 – deux jours après la sortie de l'anthologie Propiac – et quatre jours plus tard, le journal annonce leur mise en vente à Bruxelles. Le Journal général de la littérature de France le mentionne avec les mêmes prix dans son 3ième cahier de l'année. L'allusion à un « Genevois » n'était peut-être qu'une fiction commerciale. Bruun ne négligea aucun détail pour attirer le public, autant par l'intitulé de son édition, que par le choix du préfacier, le chevalier (et futur marquis) Stanislas Jean de Boufflers (1738-1815), ami intime du prince de Ligne, et par le choix des extraits. Ceux-ci furent pour la plupart pourvus de titres de sa façon, et partant fictifs, afin d'aiguiser davantage la curiosité du lecteur : le cas est particulièrement typique pour les textes rassemblés sous le titre Mes écarts, de Mélanges de morale et de littérature et d'Anecdotes littéraires et autres dans le tome II. Il ne répéta cependant pas la faute de Propiac puisqu'il cita ses sources, les Œuvres mêlées et les Œuvres militaires (à deux exceptions près : Mes écarts, Mémoire sur Paris). Il ajouta des notes critiques pour quelques personnages et flatteuses pour le régime impérial. Bruun annonçait en outre : « Si ces Deux Volumes obtiennent les suffrages du Public, ils pourront être suivis d'un Troisième et dernier, qui contiendra le Coup d'œil sur les Jardins les plus célèbres de l'Europe et des Mélanges littéraires.  Une amorce fut lancée dans le tome VIII de ses Annales en publiant sans références « Sur le Danube ; par le Maréchal prince de Ligne, précisant en note : « Ce passage ne se trouve point dans les Œuvres choisies du prince de Ligne. » Ce troisième volume ne vit pas le jour.
   La préface de Boufflers ne manquait pas, elle non plus, de remarques critiques : elle insiste [...] sur le fait que le contenu est entièrement différent de celui des Lettres et pensées ; la collection des Mélanges Walther « renferme beaucoup de morceaux spirituels, agréables et piquants que Madame de Staël-Holstein n'a pas admis dans le volume qu'elle a publié, soit que l'étendue de son Recueil n'en permît point l'insertion, soit que la timidité et la pudeur de son sexe lui interdît d'attacher son nom à des peintures quelquefois un peu libres et un peu satyriques « ; on s'est « fait la loi de ne rien répéter de ce qui se trouve dans les Lettres et Pensées ». En outre cette préface nourrie de traits et d'anecdotes que seul un intime du prince pouvait connaître à l'époque, ne manque pas ci et là d'arrondir des angles de quelques propos hardis.
   D'après Quérard « Le prince de Ligne très mécontent de cette édition, voulait en faire imprimer une autre lui-même, mais la mort ne lui permit pas de réaliser ce projet. » Les « extraits » de Bruun justifient parfaitement ce mécontentement. Plus encore que ceux de Propiac ils offrent un extraordinaire brouillamini en dépit des « références », et qui en fin de compte rend de plus mauvais services que la publication hâtive d'un texte complet. L'anthologisme ligniste est devenu à la longue une manie dont les conséquences sont devenues imprévisibles. Qui s'attendrait à trouver des pensées du prince de Ligne aux pages 46 et 61 de Women pro & contra, un petit livre publié par The Peter Pauper Press de Mount Vernon en 1958, du reste joliment illustré par Jeff Hill ?


Bibliographie :
   - Vercruysse (Jeroom), Bibliographie descriptive des écrits du prince de Ligne, pp. 297-301.


Vendu.


Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à propos de ces livres ou les commander,
utilisez le formulaire de commentaire ci-dessous
ou

adressez-nous un message à

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire