jeudi 4 janvier 2018

1886. GUIFFREY (Jules) - Histoire de la tapisserie depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours.


GUIFFREY (Jules).

Histoire de la tapisserie depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours par Jules Guiffrey.

Tours, Mame, 1886.
[Tours / Alfred Mame et Fils, Éditeurs / M DCCC LXXXVI]

Grand in-8° sous cartonnage vert et or d'éditeur (maquette de A. Souze), tranches dorées, VIII, 533, [1 bl.], [1 (corrections)], [1 bl.] p., nombreuses illustrations en noir dans le texte et quatre planches en couleurs hors texte accompagnées de leurs serpentes légendés, exemplaire en très bel état malgré quelques rousseurs.

Avertissement :
   Il y a une cinquantaine d'années, les vieilles tapisseries étaient dans le plus complet discrédit. Employées à d'humbles usages ou reléguées au fond des greniers, elles n'excitaient l'intérêt ni la curiosité de personne. Quant à rechercher les auteurs, l'âge, l'origine de ces œuvres démodées, nul n'y songeait. Le grand ouvrage de M. Achille Jubinal consacré à la description et à la reproduction des Anciennes tapisseries historiées de la France, fut une révélation. Il porte la date de 1839. Cette publication fit connaître aux artistes et aux curieux des trésors ignorés. Mais il fallut bien des années avant que d'autres érudits suivissent la voie ouverte par le hardi pionnier de l'histoire de la tapisserie. Ce n'est guère que depuis vingt ans que la curiosité des chercheurs s'est tournée de ce côté, et a organisé un vaste dépouillement des grands dépôts publics pour y recueillir des notions exactes sur les tapissiers du temps passé et sur leurs œuvres.
   On peut donc maintenant essayer de tracer les grandes lignes de l'histoire de la belle industrie qui a pour but la décoration des riches habitations ou des édifices religieux. Il est dorénavant possible de donner un aperçu des origines, des progrès, des vicissitudes et de la décadence du travail de la tapisserie à travers les différents siècles et dans les divers pays de l'Europe depuis le commencement du Moyen Âge jusqu'à nos jours. Tel est le but du présent ouvrage.
   L'auteur s'est proposé de réunir et de présenter sous une forme concise le résultat des recherches multiples poursuivies à la fois sur tous les points, résultats consignés en des centaines de volumes ou d'articles. Pour ne pas effrayer le public par un étalage d'érudition déplacée, on a résisté à la mode de ne pas avancer un fait sans surcharger le bas des pages de notes, de citations et de renvois. De récents et notables exemples prouvent que ce système a ses partisans et ses avantages.
   Après toutes les publications dont la tapisserie a été l'objet depuis un certain nombre d'années, il nous a semblé qu'il restait quelque chose à dire. Si la supériorité des tapissiers français depuis la création des Gobelins est un fait unanimement reconnu, le rôle des artisans de notre pays aux époques plus reculées n'avait pas été présenté jusqu'ici sous son véritable jour. On n'avait pas assez remarqué que l'Artois et la Flandre, du moins jusqu'à la Renaissance, faisaient partie intégrante de la patrie française, et que nous avions le droit de réclamer comme nôtres les triomphes et les gloires de ces deux provinces. Par contre, certaines productions étrangères avaient été exaltées outre mesure, au détriment de la vérité historique. Il s'agissait donc de mettre chaque chose à sa place, sans oublier que nous écrivons en France et pour des Français.
   Nos vœux les plus ardents seraient comblés si ce livre pouvait inspirer au public, et surtout à ceux qui ont charge de veiller sur les industries et les institutions nationales, un peu de sollicitude en faveur d'une classe de travailleurs des plus intéressantes, car elle a contribué, de tout temps et autant que nulle autre, à répandre et à maintenir au loin la réputation du goût français.


Planche IV : Louis XIV visitant la Manufacture des Gobelins.

Vendu.


Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à propos de ce livre ou le commander,
utilisez le formulaire de commentaire ci-dessous
ou

adressez-nous un message à

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire